Skip to content

« Quel est l’état de l’esprit qui dit :
« Je ne sais pas si Dieu existe », si l’amour existe, c’est-à-dire lorsqu’il n’y a pas de réponse de la mémoire ?

Je vous en prie, ne vous trouvez pas immédiatement de réponse à la question, parce que, dans ce cas, votre réponse ne consistera qu’à connaître ce que, d’après vous, la réponse devrait être ou ne pas être.
Si vous dites : « C’est un état de négation », vous êtes en train de comparer à quelque chose que vous connaissez déjà ; par conséquent, cet état dans lequel vous dites : « je ne sais pas » n’existe pas…

Donc l’esprit qui est capable de dire : « je ne sais pas » est l’unique état où il nous soit possible de découvrir quoi que ce soit. Mais celui qui dit : « je sais », celui qui a infiniment bien étudié toutes les diversités de l’expérience humaine et dont l’esprit est encombré d’informations, de connaissances encyclopédiques, peut-il jamais faire l’expérience de cette chose qui ne peut pas être thésaurisée ?

Il s’apercevra que l’entreprise est extrêmement ardue. Lorsque l’esprit s’écarte complètement de tout le savoir qu’il a accumulé, que pour lui il n’y a plus ni Bouddha, ni Christ, ni Maîtres, ni dispensateurs de savoir, ni religions, ni citations ; quand l’esprit est complètement seul, exempt de toute contamination, ce qui signifie que le mouvement du connu a cessé – alors seulement devient possible une formidable révolution, un changement fondamental…..

L’homme religieux, c’est celui qui n’appartient à aucune religion, à aucune nation, à aucune race, qui est, à l’intérieur de lui-même, complètement seul, dans un état de non-savoir, et c’est pour lui qu’advient la bénédiction du sacré. »

Jiddu Krishnamurti

© Fred-Eric de La Vignalière

Retour à l’accueil